samedi 13 décembre 2008

"Samantha Who ?" : une garce, une fille

Tout vient à point : aujourd'hui sur le BennyBlog, on se penche sur une des bonnes surprises de la saison 2007/2008 de la télé américaine. Une comédie gentiment déjantée qui célèbre le retour d'une valeur sûre du petit écran, Christina Applegate.
Samantha Newly est une garce. Une fille manipulatrice, égoïste, plutôt volage et parfois méprisante. Enfin, ça c'était avant. Un accident l'a effectivement amené à manger le bitume et une partie de sa personnalité. Hospitalisée, Samantha se reveille sans trop se souvenir de ses nombreux défauts. Victime d'amnésie retrograde, elle laisse entrevoir d'autres aspects de son caractère. Sam peut aussi être altruiste, sincère, dévouée. Presque enfantine parfois.
Au fil des jours, elle va redécouvrir qui elle était, et surtout découvrir qui elle veut être, en conciliant tant bien que mal des aspirations souvent contradictoires. D'un côté, un passé avec lequel elle devra sans cesse composer, de l'autre, un présent où elle se cherche.

My name is Samantha

En réflechissant bien, on se rend compte que sur le principe (et ça en fera râler certains), Samantha Who ? fonctionne exactement... comme My name is Earl. Earl Hickey comme Samantha Newly revisitent leur passé et les coups tordus qu'ils ont pu accomplir avec un réel désir de changer. Samantha comme Earl sont des séries hybrides, pas vraiment sitcom dans l'esprit mais plus des comédies. Mais si le show de Jorge Garcia est une vraie farce où l'on met souvent les pieds dans le potage, celle de Cecelia Ahern et Donald Todd est plus légère, souvent acide mais pas cruelle. Un divertissement léger, bien structuré et très attachant.

The Christina Applegate show

L'identité (et a fortiori le succès) du show repose grandement sur les jolies épaules de Christina Applegate, dont l'interprétation savoureuse structure pour ainsi dire complètement l'identité de la série. Samantha Who ? Ce n'est pas qu'elle, les seconds rôles jouent parfaitement le jeu mais leur raison d'être, c'est de graviter autour de cette gaffeuse patentée mais toujours émouvante qu'est l'héroïne.
Bon c'est vrai, Barry Watson, qui joue le valet de coeur de Sam, est un peu fade et son personnage n'est pas très enthousiasmant... mais il apporte sa pierre à un édifice bien construit, une fiction qui dépasse son concept pour asseoir son univers. Plus on avance dans la première saison, plus on est effectivement séduit par cette série rafraîchissante et enlevée.
En résumé : Christina Applegate strikes back et ça, quand même, c'est une bonne nouvelle.

Bien à vous,
Benny

PS : alors, le titre c'est un jeu de mots tout pourri avec "Un gars, une fille" pour ceux qui n'auraient pas compris. En même temps, il n'est pas forcément évident... A méditer.

5 commentaires:

Une blonde dans la ville a dit…

super ! Merci pour cette idée de nouvelle série mais... petite question, comment qu'on fait pour la voir, cette nouvelle série ?

Benny a dit…

elle est diffusée à la fois sur Filles TV et Virgin 17. En quotidienne à 13h30 & 19h05 pendant les vacances de Noël sur Virgin 17. problème : c'est en VF. Encore que, l'actrice qui double Christina Applegate amèbe un petit truc à mon sens...

Benny a dit…

amène, pas amèbe
sorry : doigts joueurs...

goodbauer a dit…

Je suis moins fan que toi, disons qu'il y a des bons épisodes et d'autres moins.
Le projet est bon, mais Appelgate est parfois un peu seule dans cette série. (excep; sa mère^^)

Benny a dit…

@ Goodbauer : bienvenue !!!

En fait, je ne suis pas complètement fan. Je trouve la série agréable, assez efficace et rafraîchissante. Mais c'est clair qu'on est loin, très loin de The Office ou 30 Rock. Je suis d'accord.

Au plaisir de te relire ;-)